Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog d'infos, reportages, interviews ouvert à tout jeune 13 à 18 ans souhaitant découvrir le journalisme en publiant ses articles avec les conseils d’étudiants de l'Ecole Publique de Journalisme à Tours. Inscrivez-vous en cliquant sur la page "Devenez jeune reporter» vous recevrez votre carte jeune reporter avec cahier. Activité coordonnée par l’association «Jeunes reporters 8 à 18 ans» en Indre et Loire (37) proposant aussi des sorties, des ateliers journalistiques et un autre blog pour les 8/13 ans www.jeunesreporters8ans13ans.fr

09 Jun

" Il me manquait un peu d'adrénaline ", Laurent Berge, le champion du monde de traîneau à chien *

Publié par Merryl.L, 13 ans Chinon, France  - Catégories :  #hivers, #sport, #interview, #reportages20182019

Laurent Berge et son attelage en 2019, en tête Cybel (à gauche) et Audin (à droite)

Laurent Berge et son attelage en 2019, en tête Cybel (à gauche) et Audin (à droite)

Laurent Berge est champion du monde de traîneau à chien, catégorie sprint 8 chiens. Le championnat a eu lieu du 29 février au 2 mars 2019 à Bessans en Haute Maurienne Vanoise grâce à l'IFSS, avec 300 attelages pour 25 nations réunies.

 

Qu'est ce que l'IFSS ?

C'est la Fédération Mondiale des Sports de traîneau à chien qui organise les championnats dans le monde, officiellement appelée en anglais : International Federation of Sleddog Sports.  C'est l'équivalent de la fédération de rugby, de foot, de handball...

 

 

Pourquoi avez-vous participé à cette compétition ?

Je pratique les compétions de chien de traîneau depuis maintenant 15 ans. C'était la première fois que le championnat se passait en France.

C'était le grand rendez-vous de l'année en France et ça arrivera peut-être une fois dans ma vie de sportif.

 

Faut-il faire d'autres compétitions avant de parvenir à celle-ci ?

Il y avait des cours de sélection pour être en équipe de France. La Fédération entraîne les sélectionnés pour qu'ils soient prêts pour le championnat du monde. Il fallait prouver ses capacités pour être pris dans l'équipe.

 

Quelles qualités faut-il avoir pour être un bon musher (personne qui conduit le traîneau) ?

Pour être un bon musher, il faut tout d'abord avoir beaucoup de temps avec les chiens pour bien les connaître, donc de la patience. Puis, il faut les faire travailler, se renseigner auprès de l'animal pour adapter ses entraînements, sa nourriture et leurs soins. Le plus important c'est d'avoir de la passion pour ses chiens.

 

Un musher peut-il gagner tout seul ?

Un musher ne peut pas gagner tout seul car il faut construire des relations avec l'attelage c'est à dire les chiens du traîneau. Ce n'est pas comme les sports équestres où l'on peut diriger le cheval avec des rênes; on ne peut que parler avec les chiens. Avec les leaders (chien en tête de l’attelage), il faut établir une grosse confiance pour qu'ils écoutent les instructions de leur maître. Si on monte sur un traîneau avec un attelage différent, le niveau de performance variera.

 

Y a t-il une équipe hormis vos chiens ?

Une très grosse équipe se trouve derrière moi. Elle est constituée de stagiaires et de handlers (ce sont des personnes qui aident le musher en tenant l'attelage, à faire les soins et des massages aux chiens...)

 

La conception du traîneau impacte-elle les courses ?

Les traîneaux sont très technologiques. Ils sont fabriqués en carbone et font 7 à 8 kilogrammes environ. Comme les skieurs de ski de fond, il faut mettre du fart pour que les patins du traîneau glissent plus facilement et soient plus efficaces durant la course.

 

Pendant le championnat avez-vous tous le même traîneau ?

Les mushers ont leur propre traîneau en fonction des marques qui sont peu nombreuses. Il y a 3-4 grosses marques qui fabriquent les traîneaux dans le monde.

 

Qu'est-ce qu'il vous a donné envie de faire du traîneau à chien ?

J'ai toujours vécu avec des chiens et quand ma carrière opérationnelle de pilote de chasse c'est ralentie, j'ai dû trouver une occupation à part. 

J'ai commencé à faire un petit peu de traîneau pour m'amuser. Et comme je ne sais pas faire les choses simplement, je me suis mis dans la compétition. Ça a été pour moi, une manière de compenser quelque chose qui me manquait : il me manquait un peu d’adrénaline et du coup j'ai basculé sur les compétitions.

Comment communiquez-vous avec les chiens ?

Grâce à la voix, les chiens peuvent se déplacer selon le vocabulaire enseigné par le musher. Par exemple, gauche, droite, ralenti, ou bien, left, right.

 

Comment choisit-on les leaders ?

Tout d'abord, il faut que les leaders soient forts physiquement car ces chiens vont tout faire en termes de vitesse. Ils doivent être réceptifs, à l'écoute et intelligents : c'est pour cela que ce sont souvent des femelles.

 

Combien d'heures d’entraînement nécessite l'attelage par semaine ?

L'attelage nécessite 4 à 5 heures entraînements par semaine. Mais cela peut changer selon la distance qu'il travaille.

 

Le leader a-t-il un entraînement particulier ?

Oui, au tout début de son "rôle" de leader. Il faut le former à part. On peut l'emmener faire des parcours en vélo, pour lui apprendre les directions... Mais aussi commencer à créer un lien, être proche de lui car sans chien de tête, il n'y a pas d'attelage.

 

Que font les chiens l'été ?

Le problème avec les chiens, c'est qu'ils ne transpirent pas, contrairement à nous qui transpirons pour évacuer des calories quand la chaleur de notre corps augmente. Il ne faut pas les faire travailler de manière trop intensive, ce qui pourrait les mettre en danger. Donc il y a un grand parc dans lequel ils peuvent se défouler et s’entraîner en jouant.

 

Quelle est votre titre  ?

Pendant longtemps, j'étais le seul en France à pratiquer deux catégories (il existe différentes catégories en fonction des types de chien) : les "pures races" avec des huskys et les chiens "open" qui sont des chiens croisés. J'ai été 4 fois deuxième avec les huskys et champion du monde avec ses chiens opens, sprint 8 (l'attelage est composé de 8 chiens). J'en ai 35 en tout.

Rencontre passionnante avec Laurent Berge

Rencontre passionnante avec Laurent Berge

" Il me manquait un peu d'adrénaline ", Laurent Berge, le champion du monde de traîneau à chien *

Bonjour Merryl,

 

On en a déjà parlé ensemble mais je laisse une trace écrite du commentaire sur ce super article ! L’interview est très intéressante et toutes tes questions bien pertinentes. Tu as choisi un sujet assez rare dont on entend peu parler, donc encore plus attirant ! Merci ! 

C'est très bien d'avoir utilisé une citation en titre et de présenter la personne avant de commencer la première question. C’est top aussi d'avoir mis en valeur des citations en les mettant en gros. Tu peux même les insérer au milieu du texte comme ça le texte « respire » : il est plus agréable à lire ! Et pas besoin d’ajouter « dit Laurent Berge » après les citations puisqu’on sait déjà que c’est lui que tu interviewes. 

Pour poser des questions, tu peux utiliser des phrases moins lourdes. Utiliser « Est-ce-que » alourdit parfois les questions alors que ça peut être facilement supprimé. Exemple : « Est-ce que un musher peut-il gagner tout seul ? » peut devenir : « Un musher peut-il gagner tout seul ? », la question est plus courte et veut dire la même chose.

Comme je te disais, quand tu écris une interview, il faut que tu le fasses comme une conversation. Je m’explique : écris les questions de la même manière tu les as posées à Laurent Berge et écris ses réponses telles quelles. Par exemple au lieu d'écrire « Qu’est-ce-qu'il lui a donné envie de faire du traîneau à chien ? », écris directement « Qu’est-ce-qu’il vous a donné envie de faire du traîneau à chien ? ». Tu peux donc utiliser le « je » dans ses réponses. 

Voilà pour les conseils. Continue comme ça c’est super, encore bravo !

 

Manon, en 1ère année à l’EPJT

 

* En attente de correction par le reporter suite au commentaire EPJT

Commenter cet article

Archives

À propos

Blog d'infos, reportages, interviews ouvert à tout jeune 13 à 18 ans souhaitant découvrir le journalisme en publiant ses articles avec les conseils d’étudiants de l'Ecole Publique de Journalisme à Tours. Inscrivez-vous en cliquant sur la page "Devenez jeune reporter» vous recevrez votre carte jeune reporter avec cahier. Activité coordonnée par l’association «Jeunes reporters 8 à 18 ans» en Indre et Loire (37) proposant aussi des sorties, des ateliers journalistiques et un autre blog pour les 8/13 ans www.jeunesreporters8ans13ans.fr